Revue de Livre: A Brief History of Neoliberalism par David Harvey

Le néolibéralisme est l’intensification de l’influence et de la domination du capital ; il cherche à transférer le pouvoir sur le lieu de travail des forces du travail aux détenteurs du capital, en essayant de renforcer et de restaurer le pouvoir des élites économiques. Comme le note David Harvey : le néolibéralisme et l’État néolibéral ont réussi à inverser les divers gains politiques et économiques réalisés grâce aux politiques et aux institutions de l’État providence. Progressivement, les régimes néolibéraux vont éroder les institutions de la démocratie politique puisque “la liberté des masses serait restreinte au profit de la liberté de quelques-uns”. Nicos Poulantzas estime que les néolibéraux ne soutiennent pas le retour au capitalisme du laisser-faire, puisque l’État continue à jouer un rôle majeur dans la reproduction du capital. Ce qu’ils veulent, c’est l’effondrement de l’État-providence, qui a été la plus grande victoire populaire du XXe siècle.

Le premier exemple historique de cette “révolution par le haut”, selon Harvey, est le Chili de Pinochet. Le tristement célèbre général a renversé le gouvernement socialiste chilien de Salvador Allende lors d’un coup d’État en 1973, avec l’implication de la CIA et le soutien de fonctionnaires du gouvernement américain. Comme l’a fait remarquer Henry Kissinger : “Je ne vois pas pourquoi nous devons rester les bras croisés et regarder un pays devenir communiste en raison de l’irresponsabilité de son peuple. Les questions sont beaucoup trop importantes pour que les électeurs chiliens puissent décider par eux-mêmes”. Le coup d’État a été suivi d’un néolibéralisme massif de l’État. L’économie chilienne a été déréglementée et privatisée, ce qui a entraîné l’effondrement des systèmes de retraite contrôlés par l’État, des industries et des banques publiques. Bien que l’inflation ait été réduite et que la croissance du PIB ait atteint un sommet, des inégalités massives sont apparues.

Noam Chomsky soutient que le principe crucial du néolibéralisme est de miner les mécanismes de solidarité sociale, de soutien mutuel et d’engagement populaire dans la détermination des politiques. Comme nous l’avons déjà dit, dans les années 1970, l’État-providence, une réalisation de la classe ouvrière dans le monde de l’après-guerre, devenait la cible des élites économiques, qui tentaient de rétablir les conditions de l’accumulation du capital et de restaurer leur pouvoir. Selon Harvey, cette révolution par le haut nécessitait un changement de la culture politique et du paysage social qui allait engendrer un large soutien au nouveau projet politique. Les droits individuels, les droits de propriété, une culture de l’individualisme et du consumérisme sont apparus en premier dans le Royaume-Uni de Thatcher. Le succès de Thatcher dans la, comme le note Harvey, “construction du consentement”, a transformé son aphorisme “il n’y a pas de société, seulement des individus” en réalité.

Son livre est l’un des meilleurs efforts pour démasquer la rhétorique du néolibéralisme et tenter de susciter des critiques contre cette barbarie. Harvey espère que les mouvements sociaux formeront un “programme d’opposition à grande échelle” qui obtiendrait un soutien politique et ferait évoluer la société vers un changement social et économique.