Revue de Livres: L’Indien malcommode

Mentionnons quelques faits :

En 1598, Juan de Onate et ses troupes ont tué plus de huit cents Acoma dans ce qui est aujourd’hui le Nouveau Mexique. En 1630, les colons puritains lancent des attaques contre la tribu Pequot en 1637, massacrant six à sept cents hommes, femmes et enfants. Pendant deux cents ans, des guerres sans merci ont fréquemment éclaté dans toute l’Amérique du Nord. En 1832, cent cinquante Sauk et Meskwaki (tribu des renards) du Wisconsin ont été tués. En 1863, il y eut le massacre de Bear River où deux cent cinquante Shoshoni furent tués. En 1864, il y eut le massacre de Sand Creek et en 1890 le tristement célèbre Wounded Knee, où plus de deux cents Lakota furent massacrés.

Michael Parenti, dans son livre Profit Pathology and Other Indecencies, décrit cette dévastation qui donne à réfléchir : « Les estimations de la population indigène d’Amérique avant la conquête européenne varient de 12 à 18 millions… mais après quatre siècles de guerres, de massacres, de maladies et de dépossessions, la population d’origine a été réduite de plus de 90%… des tribus entières ont été complètement exterminées ou réduites à des effectifs épars. »

Pourquoi cet holocauste inégalé et largement méconnu a-t-il eu lieu ? Thomas King est clair: « L’histoire des autochtones en Amérique du Nord telle qu’elle est écrite n’a jamais vraiment porté sur les autochtones. Il s’agit des Blancs, de leurs besoins et de leurs désirs… les Lakotas ne voulaient pas d’Européens dans la Colline noire, mais les Blancs voulaient l’or qui s’y trouvait. Les Cherokees ne voulaient pas quitter la Géorgie pour l’Oklahoma, mais les Blancs voulaient la terre. Les Cris du Québec ne voulaient pas du tout quitter leurs maisons pour faire place au projet Grande-Baleine, mais il y a beaucoup d’argent dans l’énergie hydroélectrique ». Les autochtones faisaient obstacle à ce que les Blancs convoitaient, et les Blancs avaient donc besoin qu’ils disparaissent. En d’autres termes, les peuples autochtones ont été massacrés avec une délibération impitoyable afin que leurs terres soient prises pour l’usage des Blancs.

Le colonialisme et ses conséquences dans la vie des peuples autochtones d’Amérique du Nord est au cœur de ce livre étonnant. Les politiques, les traités, les accords, les décisions des gouvernements et les réactions des tribus constituent le reste. L’Indien malcommode est un livre que nous devons tous lire.