During COVID-19, IWW Offers Wage Theft Support to Non-Members

During the COVID-19 global pandemic, the Ottawa-Outaouais IWW has opened up wage theft support to all non-members in the region. The decision has come after multiple years of dealing with employers who have become comfortable withholding holiday, overtime, termination and severance pay, or outright not paying employees for their work. While we have seen this prevalent prior to an international public health crisis, we know now is a critical time for working people to be properly compensated.

Learn more about what wage theft is and how to get involved with the IWW with wage recovery here.

An Ottawa-Outaouais IWW member hands out leaflets during a 2014 wage theft picket.

Statement of Endorsement of Keep Your Rent Ottawa

Tenants, Workers: Same Struggle

The Ottawa-Outaouais General Membership Branch of the Industrial Workers of the World (IWW) hereby endorses Keep Your Rent Ottawa in solidarity with all tenants unable to pay rent or are participating in a rent strike for the duration of the ongoing COVID-19 pandemic in the Ottawa-Gatineau region.

As many are aware, the unemployment rates across Ottawa have increased from roughly 4.3% in January 2020 to 6.3% in April. The financial support options available to unemployed and underemployed Canadians in this unprecedented disaster is limited to either a paltry $2000/month payment by the Federal Government—the Canadian Emergency Relief Benefit (CERB)—or Employment Insurance (EI), which is paid at approximately 55% of a workers’ income, though applicable only if the worker is determined to be eligible.

The Ottawa-Outaouais IWW would like to take this moment to emphasize that landlords are not our fellow working class. Landlords exploit the hardship of working-class people in a predatory for-profit housing market, on land that they inherited from the theft of unceded territories of the Algonquin Nation. 

Despite Ottawa’s growing vacancy rates, landlords have callously hiked rental rates and living costs that continue to push many low-wage workers out of adequate and affordable housing. This bleak situation forces the working class to either choose between buying food, medicine, or saving their hard-earned money for paying off debt or ensuring emergency funds are available in times of crisis such as these times we live in.

Furthermore, we have heard of rent strike organizers successfully taking action against landlords engaging in unsafe practices, such as entering tenants’ units to harass or intimidate them, showing their units to potential renters, and increasing rent prices during the pandemic in the hopes of forcing out their tenants in favour of more profitable clients. We applaud these actions and we anticipate that these stories will spark organized resistance to tenants’ inadequate living conditions.

The IWW is a labour union, and our union internationally has been a leader in organizing fellow workers against the injustices of capitalism, whether it is on the job or in our communities. We encourage renters in the city to talk to their fellow tenants, to support each other day-to-day, and to create a union that fights for rental freezes or reductions and for better living conditions, and that includes keeping rent from parasitic landlords.

When we build a strong and vocal union of tenants, we can collectively take appropriate and effective action and give all Canadians access to the most fundamental of all human rights—the right to shelter.

“An Injury to One is an Injury to All.”

To contact the COVID-19 Ottawa Rent Strike:

KeepYourRent.com
(343) 883-5608
OttawaKeepYourRent@gmail.com
https://www.facebook.com/groups/ottawarentstrike
https://twitter.com/covidrent

Book Review: A Brief History of Neoliberalism

Neoliberalism is the intensification of the influence and dominance of capital; it seeks to transfer power in the workplace from the forces of labour to the holders of capital, trying to strengthen, and restore the power of economic elites. As David Harvey notes: neoliberalism and the neoliberal state have been able to reverse the various political and economic gains made under welfare state policies and institutions. Progressively, the neoliberal regimes will erode institutions of political democracy since “the freedom of the masses would be restricted in favour of the freedom of the few“. Nicos Poulantzas believed that neoliberals do not support the return to laissez-faire capitalism, since the state continues to play a major role in the reproduction of capital. What they want to achieve is the collapse of welfare state which was the most important people’s victory in the 20th century.

The first historical instance of this “revolution from above“, according to Harvey, is Pinochet’s Chile. The infamous general overthrew Salvador Allende’s socialist Chilean government in a coup d’état in 1973 with CIA involvement and US government officials’ support. As Henry Kissinger remarked: “I don’t see why we need to stand by and watch a country go communist due to the irresponsibility of its people. The issues are much too important for the Chilean voters to be left to decide for themselves.” The coup was followed by a massive neoliberalism of the state. Chilean economy was deregulated and privatized including the breakdown of state-controlled pension systems, state industries, and state banks. Even though Inflation was reduced and GDP growth spiked, massive inequalities emerged.

Noam Chomsky supports that the crucial principle of neoliberalism is the undermining mechanisms of social solidarity, mutual support and popular engagement in determining policy. As aforementioned, in the 1970s, welfare state, an achievement of the working class in the post war world, was becoming the target of economic elites, who were trying to re-establish the conditions of capital accumulation and to restore their power. According to Harvey, this revolution from above required a change in the political culture and social landscape that would spawn a widespread support for the new political project. Individual rights, property rights, a culture of individualism and consumerism arose first in Thatcher’s UK. Thatcher success in the, as Harvey notes “construction of consent“, turned her aphorism “there is no society, only individuals” into a reality.

His book is one of the best efforts for unmasking the rhetoric of neoliberalism and trying to spawn criticism against this barbarism. Harvey hopes that social movements will form a “broad-based oppositional program” that would gain political support and move society toward a social and economic change.

Book Review: Thomas King, The Inconvenient Indian

Let’s mention some facts:

In 1598 Juan de Onate and his troops killed over eight hundred Acoma in what is now New Mexico. By 1630 the Puritan settlers were launching attacks against the Pequot tribe in 1637, massacring six to seven hundred men, women and children. For two hundred years, merciless wars frequently broke out throughout North America. In 1832 one hundred and fifty Sauk and Meskwaki (Fox tribe) in Wisconsin were killed. In 1863 there was the Bear River massacre where two hundred and fifty Shoshoni were killed. In 1864 there was the Sand Creek massacre and in 1890 the infamous Wounded Knee, where over two hundred Lakota were slaughtered.

Michael Parenti, in his book Profit Pathology and Other Indecencies, describes the sobering devastation: “Estimates of the native population of America prior to the European conquest vary from 12 million to 18 million… but after four centuries of warfare, massacre, disease and dispossession, the original population was reduced by over 90 percent…whole tribes were completely exterminated or whittled down to scattered numbers.”

Why did this unmatched and largely unrecognized holocaust happen? Thomas King is clear: “Native history in North America as writ has never really been about Native people. It’s about Whites and their needs and desires… the Lakota didn’t want Europeans in the Black Hill, but Whites wanted the gold that was there. The Cherokee didn’t want to move from Georgia to Oklahoma, but Whites wanted the land. The Cree of Quebec weren’t at all keen on vacating their homes to make way for the Great Whale project, but there’s excellent money in hydroelectric power”. Native people were in the way of what the Whites coveted, and so the Whites needed them to disappear. In other words, the native peoples were slaughtered with merciless deliberation so that their land might be taken for the use of Whites.

Colonialism and its consequences in the lives of North America’s native peoples is the core of this astonishing book. Policies, treaties, agreements, government’s decisions and tribal reactions comprise the rest. The Inconvenient Indian is a book we all must read.   

Revue de Livres: L’Indien malcommode

Mentionnons quelques faits :

En 1598, Juan de Onate et ses troupes ont tué plus de huit cents Acoma dans ce qui est aujourd’hui le Nouveau Mexique. En 1630, les colons puritains lancent des attaques contre la tribu Pequot en 1637, massacrant six à sept cents hommes, femmes et enfants. Pendant deux cents ans, des guerres sans merci ont fréquemment éclaté dans toute l’Amérique du Nord. En 1832, cent cinquante Sauk et Meskwaki (tribu des renards) du Wisconsin ont été tués. En 1863, il y eut le massacre de Bear River où deux cent cinquante Shoshoni furent tués. En 1864, il y eut le massacre de Sand Creek et en 1890 le tristement célèbre Wounded Knee, où plus de deux cents Lakota furent massacrés.

Michael Parenti, dans son livre Profit Pathology and Other Indecencies, décrit cette dévastation qui donne à réfléchir : “Les estimations de la population indigène d’Amérique avant la conquête européenne varient de 12 à 18 millions… mais après quatre siècles de guerres, de massacres, de maladies et de dépossessions, la population d’origine a été réduite de plus de 90%… des tribus entières ont été complètement exterminées ou réduites à des effectifs épars.”

Pourquoi cet holocauste inégalé et largement méconnu a-t-il eu lieu ? Thomas King est clair: “L’histoire des autochtones en Amérique du Nord telle qu’elle est écrite n’a jamais vraiment porté sur les autochtones. Il s’agit des Blancs, de leurs besoins et de leurs désirs… les Lakotas ne voulaient pas d’Européens dans la Colline noire, mais les Blancs voulaient l’or qui s’y trouvait. Les Cherokees ne voulaient pas quitter la Géorgie pour l’Oklahoma, mais les Blancs voulaient la terre. Les Cris du Québec ne voulaient pas du tout quitter leurs maisons pour faire place au projet Grande-Baleine, mais il y a beaucoup d’argent dans l’énergie hydroélectrique”. Les autochtones faisaient obstacle à ce que les Blancs convoitaient, et les Blancs avaient donc besoin qu’ils disparaissent. En d’autres termes, les peuples autochtones ont été massacrés avec une délibération impitoyable afin que leurs terres soient prises pour l’usage des Blancs.

Le colonialisme et ses conséquences dans la vie des peuples autochtones d’Amérique du Nord est au cœur de ce livre étonnant. Les politiques, les traités, les accords, les décisions des gouvernements et les réactions des tribus constituent le reste. L’Indien malcommode est un livre que nous devons tous lire.

Suns Out, Wobs Out! – Piquet de Grève de l’IWW le 1er Août au Bureau National du STTP

Image des membres et sympathisants de l’IWW devant le Bureau National du STTP le 1er août 2019

Le 1er août a été une belle journée dans la capitale nationale. En fait, il faisait si beau que l’IWW Ottawa-Outaouais a décidé de se réunir, de profiter des derniers souffles de l’été et de porter le combat au patron au nom de sa collègue Aalya Ahmad.

La circulation des piétons était lente à l’extérieur du bureau, mais nos membres ont quand même pu engager un nombre décent de personnes avec nos panneaux et nos prospectus. Nous avons fourni une copie numérique des tracts et du texte contenu ci-dessous.

Il se passe beaucoup de choses ici et je n’ai pas le temps de tout lire. Comment puis-je y trouver un sens?

If you have questions we haven’t been able to answer here or need help to sift through the evidence, please email us at wagetheft@ottawaiww.org.

Je ne peux pas faire du piquetage, mais comment puis-je aider?

  • Envoyez une lettre ou une pétition de soutien à Aalya, à titre individuel ou en groupe, à wagetheft@ottawaiww.org. Nous la transmettrons au Conseil exécutif national du STTP et la ferons connaître (avec votre permission).
  • Suivez, promouvez et partagez notre combat sur vos médias sociaux
  • Luttez contre ces problèmes dans votre propre atelier. Il n’est jamais acceptable de maltraiter des travailleurs, même si c’est un syndicat qui le fait. N’oubliez pas que choisir de rester silencieux ou “neutre” dans une situation donnée, c’est choisir un camp. Dans ce cas, il est assez clair de savoir de quel côté les travailleurs doivent être.

Nous remercions les nombreux travailleurs postaux de l’ensemble de la
pays qui ont tendu la main, ont exprimé leur
et a condamné ce qui est fait pour
Aalya en leur nom, avec leurs cotisations syndicales
.

Pourquoi devrais-je soutenir Aalya Ahmad?

Aalya est une organisatrice connue pour son travail sur la justice sociale, l’équité et les questions de travail. Elle a été la coordinatrice nationale de la Coalition ad hoc pour les droits des femmes et de l’homme, l’une des fondatrices des Servantes radicales, et active dans le mouvement Occupy, pour n’en citer que quelques-unes. Aalya a une solide expérience dans l’aide à l’obtention de grandes victoires pour les membres des syndicats, y compris les membres du STTP. Elle mérite la même justice que celle pour laquelle elle se bat pour les autres travailleurs.

Comment tout cela a-t-il commencé?

Aalya était présidente de son syndicat du personnel, le SCFP, section locale 1979, et faisait partie de leur équipe de négociation avec le STTP, qui exigeait d’énormes concessions de la part du personnel, lorsqu’un conflit avec un collègue est survenu, au cours duquel elle a été soumise à des brimades et à des gestes menaçants. Aalya avait déjà été victime d’intimidation au sein du STTP et essayait de suivre une formation anti-intimidation sur le lieu de travail lorsque cela s’est produit. En conséquence, elle a subi une grave crise de santé mentale. La direction a injustement fait porter à Aalya toute la responsabilité de l’incident et de ses conséquences, et a ignoré son état de santé, la chassant du lieu de travail et la forçant finalement à démissionner après l’avoir harcelée à plusieurs reprises pendant son congé d’invalidité.

Quels sont les problèmes et pourquoi l’IWW est-il impliqué?

Il s’agit de la façon dont Aalya est traitée par l’équipe de direction du STTP, en toute connaissance de cause et avec la complicité du conseil exécutif national du STTP. Nous pensons que la politique interne du STTP est un facteur dans les nombreux abus qu’elle a subis, y compris la rétention de dizaines de milliers de dollars de salaires et de droits non payés lors de son licenciement déguisé. L’IWW s’est impliqué à l’origine à cause de ce vol de salaire. Nous estimons que les dépenses de la Commission pour les avocats dans ces affaires dépassent de loin ce qu’Aalya devait initialement.

Avez-vous essayé de parler au STTP?

Oui. Nous les avons contactés à plusieurs reprises, pour la première fois à l’automne 2018, en demandant qu’Aalya soit libérée et en demandant à les rencontrer. Nous avons réitéré cette demande par écrit et en conservant de petites informations pacifiques à leur bureau national. Jusqu’à présent, ils nous ont ignorés ou nous ont accusés de les harceler par des piquets de grève, ce qui est une position étrange pour un syndicat (surtout un syndicat comme le STTP). Cela n’aurait jamais dû arriver au point où nous devions dresser des piquets de grève, mais nous ne l’avons fait qu’après leurs refus répétés de parler.

Que veut l’IWW?

La direction du STTP a initialement retenu près de 30 000 S à Aalya tout en la persécutant pour avoir lutté pour ses droits en déposant une plainte contre eux pour discrimination fondée sur le handicap. Contre l’avis d’un médecin, ils l’ont forcée à se présenter devant le tribunal des petites créances pour un montant bien inférieur à celui qu’elle remboursait déjà. Pour éviter que le patron ne fasse traîner les choses pendant des années au détriment de sa santé mentale, Aalya a accepté de renoncer à une partie de l’argent auquel elle avait droit afin que sa plainte pour atteinte aux droits de l’homme soit entendue. Nous pensons que la direction du STTP a traité cette situation comme une vendetta personnelle ou une “loi” financée par les cotisations de ses membres. Nous voulons que les représentants qui n’ont pas été directement impliqués dans ce conflit examinent la question du vol de salaire et travaillent avec nous pour y remédier.

Avez-vous des preuves à l’appui de ces affirmations?

Oui, nous disposons de nombreux documents, allant des courriels et des lettres échangés entre la direction du STTP et Aalya aux lettres de ses médecins, en passant par les données relatives à ses salaires volés. Vous pouvez trouver tout cela sur notre page Facebook @ottawaoutIWW et sur le site web de l’IWW d’Ottawa à l’adresse OttawaIWW.org.

J’ai entendu une autre histoire provenant d’autres sources

Aalya a été la cible d’une campagne de diffamation destinée à brouiller les pistes. Le Conseil exécutif national a envoyé une déclaration à son sujet à tous les représentants et employés du STTP dans tout le pays, déformant les faits pour faire croire qu’elle avait agi de manière inappropriée. Son ancienne section locale 1979 du SCFP s’est opposée aux allégations contenues dans la déclaration. Avant le congrès et les élections du STTP, la campagne de diffamation est devenue vraiment vicieuse. Le prédécesseur et conseiller de Collins a affiché la page RateMyProfessor d’Aalya (un site web anonyme souvent utilisé pour des attaques racistes et sexistes contre des travailleurs universitaires) et a dénigré son bon travail au sein du STTP auprès de milliers de membres. Les calomnies sont fausses, mais les militants de la campagne de diffamation s’appuient sur le fait que la plupart des gens ne liront pas une pile massive de lettres et d’e-mails pour voir la vérité par eux-mêmes. Ils ont également influencé les membres et le personnel à prétendre qu’Aalya les attaque en essayant simplement de défendre ses droits en tant que travailleuse et en exerçant son droit à la liberté d’expression. C’est une grave insulte à l’encontre d’une personne qui a consacré sa vie au mouvement syndical.

Pourquoi l’IWW fait-il du piquetage alors qu’Aalya était membre d’un syndicat du personnel au sein du STTP?

Le syndicat du personnel (section locale 1979 du SCFP) a représenté Aalya sur certains des problèmes décrits ici et nous l’avons soutenu dans cette démarche. Cependant, elle ne travaille plus pour le STTP et les problèmes de vol de salaire ne sont pas résolus de notre point de vue. Aalya est également membre de l’IWW Ottawa-Outaouais est la branche générale des membres. Son autre section locale 4600 du SCFP (représentant les assistants d’enseignement et les professeurs à temps partiel de l’Université Carleton) a écrit une lettre au Conseil exécutif national du STTP pour soutenir Aalya et ses membres ont rejoint nos piquets de grève. Voilà à quoi ressemble la solidarité.

Vous ne soutenez pas les travailleurs postaux?

Si, et Aalya aussi. L’hiver dernier, l’IWW a participé aux piquets de grève du STTP et nos membres ont même été arrêtés pour avoir soutenu les travailleurs postaux. Malgré la façon dont elle a été traitée, Aalya a activement manifesté sa solidarité avec les membres du STTP. De nombreux travailleurs postaux sont bouleversés par la façon dont elle a été traitée. Notre problème concerne exclusivement les représentants rémunérés au sein du Conseil exécutif national.